« Look in thy heart, and write » - Astrophel and Stella, Sir Philip Sidney

samedi 6 août 2016

Le Bouddhisme

❖ Qu’est-ce que le bouddhisme ?

Selon Larousse, une « religion et philosophie se réclamant de l'enseignement du Bouddha qui, bien que fidèle pour l'essentiel à la pensée du fondateur, s'est diversifiée dans l'espace asiatique au cours des temps. » et selon Linternaute, une « Religion s'appuyant sur les préceptes de Bouddha, au Ve siècle avant J.-C., valorisant un désir de bien-être et de bonheur universel au travers de léveil. »

On aperçoit donc déjà une hésitation religion / philosophie, à laquelle s'ajoutera la question de sa définition comme un humanisme, ou même une science. 
  • Le bouddhisme, prônant l'importance de la sagesse, peut être vu en effet comme une philosophie (philo/sophia) étudiant rationnellement et expérimentalement la nature et la vie en général. La nuance peut se trouver dans l'étendue de l'étude, limitée en philosophie, mais englobant l'entité de l'univers pour le bouddhisme. 
  • Il est aussi souvent considéré comme une religion, avec comme image de Dieu le Bouddha. Cependant, il n'est pas un Dieu tout-puissant, et il prône le libre-arbitre de l'homme et sa responsabilité quant à sa façon de mener sa vie.  
  • Il se rapproche de la notion d'humanisme également, en ce sens qu'il recherche l'épanouissement de l'homme et sa capacité à prendre sa vie en main en se libérant de ses différents attachements (entre autres). 
  • Peut paraître étonnante son identification à la science, à cause de son caractère spirituel. Mais on lui retrouve bien une dimension scientifique dans le sens où le bouddhisme a établi une recherche, pour laquelle ont été mis en place différents moyens d'expérimentation qui lui sont propres (la méditation, la purification) afin de vérifier ses propres "préceptes" (comme pour les hypothèses scientifiques). Le bouddhisme n'impose donc pas de vérités universelles mais des observations vérifiables. Cependant, il tend à dépasser la dualité scientifique du sujet-objet, et donc la prétendue objectivité de la science. On notera l'existence d’un dialogue science-bouddhisme sur le mode de l’enrichissement réciproque, par exemple en médecine.
Existant depuis plus de 2,500 ans, le bouddhisme n'établit ni création du monde / de l'univers, ni création de l'homme par une entité "autre". En effet, le monde et l'univers sont perçus différemment selon les espèces et même selon les individus à cause du caractère imparfait de nos organes sensitifs. En effet, le Bouddha (sur lequel nous reviendrons) disait que « nous sommes tous dans le Dharma pur et serein, mais chaque être vivant perçoit le Monde et l’univers à sa façon, selon son karma, c’est-à-dire selon sa nature actuelle qui est la conséquence de ses ambitions et de ses actions antérieures ». Quant à l'Homme, il n'a pas été crée et n'a existé dans le temps qu'à cause de ce qui est appelé son ignorance originelle (que la pratique bouddhiste permet de dépasser). 

On va se concentrer maintenant sur ce qui est considéré comme étant les trois éléments essentiels du bouddhisme : 

Le Bouddha (ou Buddha) est l'enseignant fondateur et fait généralement référence au dernier Bouddha connu, le Bouddha Sakyamouni. En effet, les bouddhas sont multiples car correspondent aux personnes ayant atteint l'éveil total,parfait, la bodhi = la sagesse. Le Bouddha Sakyamouni est celui ayant fondé le bouddhisme que l'on connaît aujourd'hui. Né en 563 av. J.-C., il vivra dès ses 30 ans en ascète, avant d'être "illuminé" lors d'une méditation sous l'arbre Bodhi à ses 35 ans. De ses 1250 disciples il forma le Sangha, deuxième élément primordial désignant ici la première communauté bouddhiste. Celui-ci doit s'ériger en figure d'exemple ainsi que de guide afin de guider les autres hommes vers leur objectif principal, le bonheur. Il doit les aider à comprendre le Dharma, qui est l'enseignement doctrinal et pratique du Bouddha. 

Ces éléments sont primordiaux car ils survivent au Bouddha et permettent la propagation et la prospérité de ses enseignements. Il disait apparemment lui-même à ses disciples avant d'entrer dans le nirvâna : « Ne soyez pas tristes et affligés par Ma disparition, tant que Mon enseignement et le Sangha existent,  Je suis toujours vivant en ce monde. »

❖ La vie et la mort 

L'enseignement bouddhiste se base sur une observation précise de la vie courante, celle-ci ayant menée le Bouddha à voir l'ignorance comme cause de la souffrance de la vie, et ainsi à établir des méthodes de dépassement de cette souffrance consistant en la purification et la méditation, les deux étant essentielles, car se purifier permet d'acquérir la concentration nécessaire à une méditation efficace. La sagesse acquise pleinement permet le dépassement de la souffrance et donc un bonheur permanent et complet. Cet état s'apparente au Nirvâna, lequel est un état de bien-être sans souffrance qui comprend plusieurs degrés / niveaux. Il est atteint comme résultat d'un détachement de nos désirs et attachements. 

« Est bien, tout ce que tu fais dans ton intérêt et dans l’intérêt des autres ; est mal, tout ce que tu fais contre ton intérêt et contre l’intérêt des autres ; et il faut être très prudent quand tu veux faire quelque chose dans l’intérêt des uns mais à l’encontre des autres. » 

L'enseignement bouddhiste pratique contient cinq préceptes généraux, lesquels sont : 1.- Ne pas tuer ; 2.- Ne pas voler ; 3.- Ne pas commettre d’adultère ; 4.- Ne pas mentir ; 5.- Ne pas consommer de boissons alcooliques, ni de drogues.

Le karma remplace en quelque sorte le Dieu des autres religions qui punit l'homme pour ses mauvaises actions, en faisant en sorte que ces actions aient des répercutions négatives sur l'homme les ayant commises. Il accorde une importance, non pas seulement à l'action effectuée, mais aussi à sa motivation. 

Les chakras sont au nombre de sept et correspondent à des points d’énergie répartis le long de la colonne vertébrale. Ils permettent la transmission et la redistribution au corps de notre énergie vitale. Je vais vous lister les chakras et vous donner leurs caractéristiques principales, et si ce sujet vous intéresse particulièrement je vous ajoute, pour chaque chakra, le lien vers un article précis et complet à son propos. 

  • Le chakra racine « Je suis » est tourné vers et puise son énergie dans la terre, il est donc disposé au bas de la colonne vertébrale et représente, entre autres, la stabilité.  
  • Le chakra sacré « Je sens » est identifié à l’élément Eau et représente la naissance et les pulsions. Il est situé au niveau du ventre. 
  • Le chakra solaire « Je veux » représente notre individualité, notre ambition en se faisant témoin de l’affirmation de notre Moi. 
  • Le chakra du cœur « J’aime » : chakra du cœur, symbole de l’amour envers soi et les autres, il transmet l’énergie vitale des chakras du bas vers ceux du haut.  
  • Le chakra de la gorge « Je communique » : lié au processus créatif, il représente l’extériorisation de nos sentiments, désirs, etc. par la communication. Avec cette communication vient aussi l’importance de l’écoute.  
  • Le chakra du 3ème œil « Je vois » : situé sur le front, il est signe d’intelligence, de sagesse, et se fait support de notre conscience. 
  • Le chakra couronne « Je sais » : de manière symétrique, il est tourné vers le ciel et est ainsi lieu de spiritualité, de repos et de maturité. Il nécessite une stabilité établie au niveau du chakra racine.  

Chaque homme a donc son énergie vitale, conscience qui survit à la mort du corps. En intégrant un nouveau support matériel, elle oubliera sa vie antérieure mais conservera des traces de son Karma, ses désirs et ses attachements. Selon le niveau de sagesse acquis, une planification de sa prochaine vie pourra être envisagée.

❖ Pour approfondir

Site regroupant des articles sur le Bouddhisme, qui répond à certaines questions etc. 

Tableau Pinterest (avec infos sur les chakras, la méditation et des livres traitant du sujet)

Émission France Inter (< 30min) « Bouddha et le bouddhisme »  

Centre bouddhiste en france : http://www.bouddhisme-france.org

Quelques vidéos YouTube : 

❖ Sources
-- Emi