« Look in thy heart, and write » - Astrophel and Stella, Sir Philip Sidney

vendredi 15 juillet 2016

Arles et les rencontres de la photographie

Dans les articles à venir, je vais m'occuper de vous présenter trois expos dans trois villes du Sud auxquelles j'ai assisté : Les rencontres de la photographie d'Arles, Camoin dans sa lumière à Aix, et Picasso, un génie sans piédestal à Marseille. J'évoquerai ensuite mon projet concernant Booktube. 

Je comptais au début tout mettre dans un même article mais étant donné que les rencontres de la photographie me permettent de faire un article long et assez détaillé, j'ai préféré répartir les sujets sur plusieurs articles.


À Arles se tiennent tous les ans les Rencontres de la photographie, ensemble d'expositions qui consiste en un éparpillement de celles-ci dans différents endroits, intérieurs (locaux) ou extérieurs (murs de bâtiments), de la ville. On peut alors sélectionner celles qui nous intéressent le plus. 

Une première œuvre qui m'a plu se trouvait exposée sur le mur de la Fondation Van Gogh et s'intitulait Suffer Well. Elle a été réalisée par Glenn Brown en 2007 à la peinture à l'huile, et elle n'a rien à voir avec les Rencontres de la photographie (ça commence bien). 


La première exposition, sur laquelle je ne m'éterniserai pas car elle ne m'a pas particulièrement plue ou touchée, s'intitulait Yokainoshima et consistait à présenter le travail de Charles Fréger sur les rituels folkloriques japonais. Certaines œuvres étaient plaisantes à regarder mais restaient distantes de ce qui me plaît en photographie. 

S'ensuit alors Parfaites imperfections - l'art d'embrasser le hasard et les erreurs, exposition qui m'a beaucoup plu, moi qui ne suit habituellement pas une grande fan de l'art contemporain. Plusieurs artistes utilisaient ici l'erreur, fréquente dans la création artistique, comme source d'inspiration poétique et photographique. Je n'ai malheureusement pas relevé les noms des œuvres qui me plaisaient ici mais je vous mets les deux photos prises là-bas. 



On s'intéressera de plus près alors à l'exposition Looking beyond the edge comprenant des photos de Don McCullin, photographe anglais du XXème siècle. Il est reconnu comme un des plus grands photographes de guerre de son époque, et ce regroupement de quelques unes de ses œuvres rend hommage à ce titre mais cherche aussi à aller plus loin, à étendre son domaine photographique à d'autres sujets, notamment à travers de nombreux travaux documentaires réalisés à Londres. Quelques unes de ses œuvres qui m'ont le plus plu : 

Équipe du matin, West Hartlepool Steelworks, County Durham (1963)

Manifestant, crise des missiles de Cuba, Whitehall, Londres (1962)

Bateaux sur le Gange près du pont Mahatma Gandhi, Patna, Inde

Les moutons vont à l'abattage, petit matin, près de Caledonian Road, Londres (1965)

Pour voir davantage de ses œuvres, je vous laisse aller sur le site de la Hamiltons Gallery de Londres de qui venaient ces photos. 

Après une autre exposition intitulée La recherche de l'art #5 qui questionnait le rapport entre humain et machine (dont je n'ai pas gardé énormément de traces), nous avons visité une autre galerie présentant des photographies réalisées par des artistes au Japon. Ici mes œuvres préférées avec commentaires des artistes :

Masato Ono (site ; Tumblr) - Série Shinra :





Aldo Soares : je n'ai pas retrouvé la photo en question, mais son commentaire était le plus intéressant "Je suis au cœur de l'île de Yakushima, dans le calme de la forêt primaire, la forêt de la princesse Mononoke. Parmi les cèdres millénaires où la nature excelle de tous les éclats, je pense aux croyances spirituelles et aux liens que les habitants de l'île entretiennent avec les éléments naturels, qui meurent et renaissent en paix depuis des siècles. Ici la forêt est si belle qu'une légende raconte qu'un guide local y serait mort d'euphorie. Je comprends. Ici, où mes yeux sont plus forts que l'objectif, l'homme est un intrus. Cette île ne se montre pas, elle se vit.

Pour en savoir plus sur le lien entre cette forêt et le fameux film du studio Ghibli, je vous conseille cet article : La forêt de Yakushima, paradis flottant de "Princesse Mononoké".

Vient ensuite une exposition des photos de Sid Grossman, et je passerai plus rapidement sur les dernières expositions car 1) c'est long de tout détailler et 2) c'étaient des photos en noir et blanc, et j'aime la couleur (j'aime aussi le noir et blanc, mais je trouve qu'il ne correspond vraiment qu'à certaines photos et doit être bien travaillé - or, ici, c'est un noir et blanc forcé car la couleur n'existait pas et donc qui s'applique à n'importe quelles situations). 

Sid Grossman, Coney Island (1947-48)
Sid Grossman, Labor Day (1947)

Une dernière expo concernant la question du genre était très intéressante, mais les photos n'étaient pas particulièrement "artistiques" puisqu'elles étaient simplement des photos de femmes habillées en hommes et vice-versa. Le plus intéressant était dans le témoignage des premières célébrités transgenres et transsexuelles. 

Voilà c'est fini bisous !!!

-- Emi

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer